Dossier de TPE

La Cryogénisation

Interviews

A - Responsablde la SCF

Bonjour, dans le cadre de mes TPE, accepteriez-vous d’être témoin pour parler de la cryogénisation et répondre à certaines questions concernant l’association ?

-Avec plaisir.

Où se situe l’association ?

- La Société Cryonics de France (SCF) n'a pas de local ni de siège physique autre que la boîte aux lettres d'un de nos membres, pour des raisons administratives.

Nous avons en revanche une newsletter via notre site web : www.societe-cryonics.fr

Et une page Facebook : https://www.facebook.com/societecryonicsdefrance/?fref=ts

Lesquels sont nos points de contact et d'échange.

Quelle est votre place dans l’association SCF ?

- Je m'appelle Damien Casoni et je suis secrétaire.

Je suis pour l'instant celui qui transmet les grandes nouvelles au sujet de la cryonie et réponds aux questions des français intrigués ou en démarche.

•En quoi consiste exactement cette association ?

-La SCF est une association qui démarre, TOUT est à faire, nous n'avons donc encore aucune action en cours, notre priorité est d'informer et réunir cryonicistes activistes et sympathisants avant d'avancer vers les prochaines étapes.

Une de ces étapes importantes sera de se connecter aux autres associations européennes et s'organiser, se préparer, pour pouvoir être prêt à réagir si l'un d'entre nous venait à décéder, afin que son corps soit préparé et envoyé le plus vite possible vers son institut de suspension qu'il a choisi de son vivant.

Combien de personnes sont inscrites à l’association ? Et dans quel(s) but(s) ?

- L'association étant sur le départ nous n'avons pas encore mis en place un système d'adhésion.

Nous le ferons lorsque nous aurons plus à fournir que de simples échanges et informations.

Chaque chose en son temps.

Quelle est la moyenne d’âge des « adhérents » ?

- Je ne peux pas répondre à cette question car nous n'avons pas d'adhérents (question ci-haut).

La plupart des gens qui me contactent en revanche, par e-mail ou Facebook, sont relativement bien jeunes, souvent moins de 30 ans.

A croire que la perspective d'immortalité ne s'adresse pas aux vieux milliardaires comme l'imaginaire collectif le laisse entendre, mais à ceux qui ont su rester jeunes et aimer la vie peu importe leurs conditions actuelles.

Avez-vous un lieu de réunion pour l’association ? Y-a-t-il des réunions régulières ?

- Non.

J'encourage chaque personne qui me contacte à échanger sur la page Facebook, mais il faut croire que les gens sont timides et préfèrent les échanges privés.

•Est-ce que des personnes adhérentes de la SCF ont déjà été cryogénisées ?

- Pas à ma connaissance.

Où en êtes-vous dans le cheminement ?

- Réunir et informer. Au tout début.

A quel âge avez-vous décidé de vous faire cryogéniser ? Et quel âge avez-vous ?

- J'aurais 35 ans en mai 2017, je cherche activement une solution au problème de la vieillesse et de la mort depuis que j'en ai environ 25.

J'ai appris en 2010 que la cryonie n'était pas de la science-fiction, et j'ai pu conclure mon contrat de suspension cryonique depuis septembre 2011 auprès de Cryonics Institute.

Avez-vous fait des études dans la médecine ou le domaine de la santé ?

- Non. Je suis juste passionné par la perspective d'optimiser mon potentiel, de vivre mieux et plus longtemps.

Comment vous est venue l’idée de vous faire cryogéniser ?

- Lorsque j'ai compris que la cryonie est la seule option rationnelle de qui veut mettre toutes les chances de son côté pour continuer à vivre.

J'utilise souvent la métaphore de la ceinture de sécurité quand j'explique la cryonie :

1. On a pas envie d'avoir à s'en servir : ça voudrait dire qu'on a eu un pépin !

2. On ne peut avoir de garantie absolue que ça va marcher... comme un peu tout dans la vie de toute façon.

3. Mais on a rien de mieux pour l'instant !

Pour quelle(s) raison(s) avez-vous choisi de vous faire cryogéniser ?

- La mort est le handicap ultime : on devient sourd, muet, infirme, impossibilité d'interagir avec ceux que l'on aime et le monde...

Je préfère vivre. Et puisque la cryonie est la seule option scientifique à ce jour pour pouvoir espérer traiter ce handicap qu'est la mort, alors j'adhère.

A quel institut de cryogénisation êtes-vous inscrit ? Pourquoi ce choix et pas un autre ?

- Cryonics Institute (http://cryonics.org/), car c'est le premier institut cryonique au monde, fondé par le créateur même de la cryonie, Mr. Robert Ettinger. Et c'est aussi le plus économique.

A vrai dire je n'ai pas vraiment étudié l'option KrioRus, préférant communiquer en anglais qu'en russe dont je n'ai aucune notion.

Dans quel pays serez-vous cryogénisé ? Et pourquoi ?

- Nulle part j'espère ! La cryonie est ma ceinture de sécurité, je ne veux pas avoir à m'en servir.

Si cela devait arriver, mon contrat est souscrit auprès de Cryonics Institute basé aux USA dans l'état du Michigan.

Combien vous a couté votre « réservation » à la cryogénisation ?

- Pour raisons économiques, j'ai choisi de prendre une assurance-vie qui me coûte chaque année $250 US.

Mon adhésion annuelle à Cryonics Institute coûte $120 US.

Ce qui me revient à $370 US / an.

Moins de $31 US par mois, soit environ 29 € par mois.

Une somme que certains préfèrent mettre dans l'alcool ou les clopes, et moi dans une probabilité rationnelle d'immortalité.

Comment ont réagi vos proches à l'annonce de votre souhait de cryogénisation ?

J'ai toujours été un peu excentrique, j'ai toujours essayé de nouvelles choses.

La plupart de mes proches y voient donc une singularité de plus.

Pour une poignée d'amis très proches en revanche, et qui prennent le temps d'y penser, ils y voient un choix qu'ils envisageraient de faire eux aussi... si les démarches étaient plus faciles... je pense qu'ils "attendent" que la cryonie soit plus populaire.

Pensez-vous que c'est un tabou ?

Les immortalistes anglophones utilisent le mot "deathism", que l'on pourrait traduire en français par "mortalisme", pour définir le dogme quasi-universel qui considère la mort comme étant une bonne chose.

 "Parce que c'est naturel."

Alors que les caries et les infections aussi sont naturelles, mais je ne connais personne qui refuserait de les soigner.

 "Parce qu'il faut bien laisser sa place."

Dit la même personne qui refuserait de laisser sa place dans une file d'attente pour un inconnu.

 Le mortalisme est politiquement correct. S'affirmer immortaliste c'est reconnaître que l'on aime la vie, sa propre vie, que l'on est sainement égoïste. L'égoïsme, voilà le vrai tabou, alors que même l'action la plus altruiste est motivée pour des raisons égoïstes : fierté d'avoir bien agi, d'avoir respecté son code moral, plaisir de faire plaisir.

Que feriez-vous si vous reveniez à la vie après votre possible cryogénisation ?

Déjà je n'ai pas envie d'être cryogénisé. Je veux atteindre l'immortalité sans mourir s'il vous plaît. :)

Si cela arrivait, eh bien je tâcherais d'en apprendre un maximum sur le monde dans lequel je me suis éveillé !

En quelle année sommes-nous ? Qu'est-ce qui a changé ?

Je me retrouverais très certainement comme un enfant qui vient de naître et désire tout apprendre.

On pourrait y voir une version plus probable et réaliste de la "réincarnation" en quelque sorte.

 

Retour en haut de la page

B - Biologiste au CECOS

Le 21 janvier 2017, nous avons interviewé le Docteur Emmanuelle THIBAULT, biologiste au CECOS (Centre d’Etudes et de Conservation des Ovocytes et du Sperme) de Nice.

Retour en haut de la page